UNE AGRICULTURE LOCALE ET DE QUALITÉ

Finalités et objectifs

A travers ce projet agricole, nous souhaitons proposer des produits de grande qualité avec une attention essentielle sur le goût et les saveurs. Dans un premier temps nous visons une production pour les habitants du lieu puis ensuite pour les habitants de la commune. On peut ainsi représenter l’installation de la ferme selon le calendrier suivant :

 

Durant ces trois premières années, le collectif sera largement mobilisé sur les constructions et rénovations des habitations. Ainsi nous axerons nos efforts sur la conception globale de la ferme, la réalisation des voiries, mares et systèmes d’irrigation, la pépinière et la mise en place d’un jardin vivrier pour les habitants. Les arbres seront plantés en année 2 après les travaux d’aménagement. C’est à ce moment que nous réaliserons les plans détaillés des infrastructures agricoles pour permettre de gérer la montée en production de la ferme. A la fin de l’année 2, notre objectif est d’avoir terminé les travaux d’irrigation et de voirie, planté les principaux arbres fruitiers et de faire fonctionner le jardin vivrier.

C’est en année 3 que l’activité agricole commencera à commercialiser vers l’extérieur ses produits de façon significative pour atteindre en année 5 l’équivalent de 100 paniers par semaine.

Le projet de ferme

Les associés

Ce projet agricole est porté par 4 personnes du collectif dont 3 ont obtenu la capacité agricole à l’issue de leur formation BPREA. Le travail des 4 paysans équivaut à terme à un peu plus qu’un temps plein. Chacun souhaite développer d’autres activités sur le lieu (accueil paysan, formations…).

Outils de production

Pour mener à bien le projet agricole et son installation progressive, nous prévoyons d’investir en direct dans les serres et à travers la SCI (propriétaire du hameau global) dans plusieurs bâtiments comme le local de vente et de stockage et le hangar.

Les fruits et légumes

La ferme aura plusieurs espaces de cultures différents dont les surfaces seront détaillées ci-dessous. Au niveau de la sélection variétale, elle n’est pas encore établie avec précision, cela dépendra de la localité, du territoire et des partenariats possibles avec le tissu agricole en place. Toutefois on s’oriente vers une production de légumes sur 9 mois de l’année (la période de janvier à mars est dédiée aux congés et préparations de sol). L’hiver sera mis à profit pour intervenir dans les vergers pour les tailles d’entretien des arbres et arbustes.

 

 On peut tout de même schématiser la production souhaitée ci-dessous qui se veut volontairement simple pour débuter l’activité. Les habitudes de consommation locales, le type de commercialisation et la taille de la ferme ont été les principaux facteurs de décision.

  • Légumes en serre : tomates, patates nouvelles, oignons, ail,
    salades, courgettes, concombres, poivrons, aubergine
  • Légumes en extérieurs : mesclun, patates nouvelles, carottes botte, oignons, ail, poireaux botte, radis, épinards, blettes
  • Légumes de plein champ en traction animale : pomme de terre de garde, carottes de garde, poireaux, choux fleurs
  • Fruits : pommes, poires, fraises, kiwi, figues, prunes, raisin, framboises, cerises, pêches
  • Aromatique et médicinale : persil, ciboulette, menthe, romarin, thym, verveine, origan, sauge, sarriette…

D’autres produits pourront être proposés à travers des partenariats avec des maraîchers et arboriculteurs voisins :

  • Légumes : endives, pomme de terre de garde, carottes de garde, poireaux, choux fleurs, navets, betterave, brocolis, haricots
  • Fruits : melons, pastèques, pêches, cerises

La ferme a pour objectif de produire de la nourriture pour le hameau et la commune. Au-delà de la production agricole, la ferme sera un lieu d’échange et de pédagogie notamment sur des variétés de fruits et légumes vivaces et rustiques pouvant être une alternative aux produits standards du marché.

  • Capucine tubéreuse, chou perpétuel, ail rocambole, bette maritime, chénopode …

Notre objectif est de produire l’équivalent de 10 paniers/semaine en année 2, 30 paniers en année 4 et autour des 50 paniers en année 6. Les itinéraires techniques et méthode de planification sont inspirés de la micro agriculture biointensive principalement manuelle et en traction animale.

La commercialisation

Comme précisé en introduction, c’est le goût et le partage de nouveaux produits qui nous anime. Nous avons ainsi l’objectif de proposer une gamme classique large (en s’ass

ociant avec d’autres producteurs) et des fruits et légumes “méconnus” en complément. Pour réduire au maximum les pertes de production, nous envisageons les circuits de commercialisation suivants (classés dans l’ordre de mise en place) :

  • Des paniers à la demande pour les habitants du lieu. Étant donné qu’ils sont sur place, il est plus simple de récolter ce qui est désiré
  • Vente à la ferme
  • La fourniture de l’auberge populaire pour les repas
  • Des commandes par internet de paniers personnalisés. Ce site fédérera à terme plusieurs producteurs qui se retrouveront chaque semaine pour échanger leurs marchandises commandées et former les paniers complets qu’ils ramèneront soit sur leur ferme, soit au magasin de producteur. Il y a ainsi plusieurs lieux de récupération des paniers pour les
    clients
  • Vente en bord de route, sur les sites touristiques (grands campings) pour les surplus de fruits et légumes estivaux
  • La vente en magasin de producteurs (soit en rejoignant un magasin existant, soit en créant un nouveau point de vente)

Une SCOP Agricole pour porter l’activité

A l’image de l’ensemble du projet, nous souhaitons structurer l’activité autour d’une gouvernance partagée une personne / une voix (pas de prorata aux parts sociales). Ainsi nous envisageons la forme d’une SCOP (Société coopérative et participative) pour cette activité. C’est une société de forme SA, SARL, ou SAS, soumise aux impératifs de profitabilité comme toute entreprise, MAIS gérée par une gouvernance démocratique, et dont les résultats sont prioritairement affectés à la pérennité des emplois et au projet d’entreprise.

  • Les salariés sont les associés majoritaires (mini : 51% des parts sociales et 65% des droits de vote)
  • Le dirigeant est élu par les salariés associés
  • Partage équitable des profits : 1 part pour les salariés (participation et intéressement) ; 1 part pour les salariés-associés (dividendes) ; 1 part pour les réserves de l’entreprise
  • Les réserves sont impartageables et définitives (40 à 45% du résultat)
  • Les co-entrepreneurs sont rémunérés de leur travail et de leur apport en capital, mais à leur départ, ils sont remboursés sans plus-value
  • La SCOP bénéficie d’avantages fiscaux : La société est exonérée de taxe professionnelle et les dirigeants relèvent du régime général des salariés et bénéficient donc de l’assurance chômage

Compléments de revenus de la ferme – camping à la ferme et ferme auberge

Notre association de 4 paysans permet de développer le projet agricole présenté sans prise de risques majeurs. Les temps de travail ayant été bien identifiés, il est possible pour les différents associés de compléter leurs revenus par des activités d’accueil directement en lien avec l’activité agricole. On peut résumer succinctement ces postes comme suit :

  • Le camping à la ferme : 6 emplacement de chambres d’hôtes insolites mobiles sur roues
  • La ferme auberge : un repas le midi cuisiné avec les produits de la ferme

Les activités que nous aimerions voir à la ferme

En complément des productions de fruits et légumes décrites ci-dessus, nous aimerions pouvoir diversifier notre gamme et/ou s’ouvrir à de nouveaux partenariats pour proposer sur le lieu :

  • Paysan-boulanger (culture de céréales et fabrication de pain)
  • L’apiculture, les champignons
  • Fromages
  • Des poules de race, cochons, moutons
  • Produits spécifiques : vignes, safran, quinoa, bananes, mangues et agrumes (en bretagne !)
  • Le bois d’oeuvre, chaume, bois de chauffage

Tout métier en cohérence avec nos valeurs peut être intéressant à développer dans le cadre du hameau Demain en main.